CJL-INFO SYSTEMES ET RESEAUX INFORMATIQUES


Installer et configurer Vim

 

Vim : il s'agit d'une version améliorée de l'un des plus anciens éditeurs en console : « Vi » (prononcez les lettres en anglais « Vi aille »), est largement répandu et généralement disponible par défaut sur la plupart des OS basés sur Unix, comme Linux.

 

Installation de Vim

 

Il va falloir installer les paquets permettant de faire marcher Vim. Pour l'instant, vous ne savez pas encore installer des paquets et je vous propose donc de suivre les instructions suivantes sans trop comprendre.

 

sudo aptitude install vim

 

Installation du fichier de configuration

 

Remplacez le fichier de configuration installé par défaut, par mon fichier de configuration :

 

Entre la commande suivante pour effectuer une sauvegarde de votre fichier « vimrc » d’origine, vous pourrez le restaurer si ma configuration ne vous convient pas.

 

installation_vim_10.png

 

Vous pouvez avec la commande « ls » en vous plaçant dans le répertoire « /etc/vim/ » vérifier que la sauvegarde c’est bien déroulé, comme ci-dessus.

 

Télécharger et déplacer le fichier « vimrc » dans /etc/vim/

Sudo wget http://www.cjl-info.com/telechargements/vimrc

 

installation_vim_9.png

 

mv vimrc /etc/vim/

Vous pouvez avec l’éditeur « vim » ouvrir votre premier ficher et par la même occasion vérifier que le fichier de configuration de vin et bien le bon, en comparent l’inscription en haut à droite du fichier. Comme ci-dessous.

 

Entrer la commande suivante.

Sudo vim /etc/vim/vimrc

 

installation_vim_11.png

 

Ce fichier deviendra le fichier de configuration de Vim par défaut pour tous les utilisateurs. Un utilisateur pourra aussi utiliser son propre fichier de configuration en le mettant dans son répertoire personnel sous le nom .vimrc.

 

Se servir de vim

 

Pour éditer un fichier texte existant ou créer un nouveau fichier texte, il suffit de taper :

vim /chemin_d’accès/nom_du_fichier

Exemple avec le fichier « vinrc » dans le répertoire « /var/www/transfert »

 

installation_vim_2.png

 

 Aperçu du fichier vinrc dans « vim »

 

installation_vim_3.png

 

Tout d'abord, il faut comprendre qu'il existe plusieurs modes de fonctionnement :

Quand vous ouvrez Vim il vous indique si vous ouvrer un fichier existant ou comme ci-dessous si vous créez un nouveau fichier.

Mode Commande, dans lequel vous vous trouvez quand vous ouvrez Vim. Dans ce mode, vous tapez des commandes, Si vous êtes dans un autre mode et que vous voulez revenir au mode commande, tapez Echap.

 

 

Vous vous trouvez dans le mode « commande »

 

Exemple avec la commande « ::q ! » qui est égale à « quitter sans enregistrer », très utile si vous commencer avec VIM, afin de ne pas modifier un fichier.

 

installation_vim_6.png

 

•Le mode Insertion auquel on accède par la touche « Inser ». L'indicateur -- INSERTION -- apparaît alors en bas de l'écran. Dans ce mode, vous insérez du texte classiquement. Comme ci-dessous.

 

installation_vim_4.png

•Le mode Remplacement auquel on accède en appuyant une deuxième fois sur Inser. L'indicateur -- REMPLACEMENT -- apparaît alors en bas de l'écran. Dans ce mode, le texte entré remplace le texte présent sous le curseur.

 

installation_vim_8.png

•Le mode Visuel auquel on accède par la touche v depuis le mode Commande. L'indicateur -- VISUEL -- apparaît alors en bas de l'écran. Ce mode permet de sélectionner du texte pour y appliquer globalement des commandes.

 

installation_vim_5.png

 

 liste des commandes les plus utilisées. Il faut bien entendu être en mode Commande pour les taper :

 


 

:h pour accéder à l'aide ;

:w pour enregistrer ;

:w nom_du_fichier pour faire enregistrer-sous nom_du_fichier ;

:q pour quitter ;

:wq ou :x pour enregistrer et quitter ;

:q! pour quitter sans enregistrer les modifications ;

:r pour inclure le contenu d'un autre fichier ;

/mot_clef pour rechercher un mot vers le bas du texte (n pour passer à l'occurrence suivante, N pour passer à la précédente) ;

?mot_clef pour rechercher un mot vers le haut du texte (n pour passer à l'occurrence suivante, N pour passer à la précédente (donc vers le bas)) ;

:numéro_de_ligne pour aller directement à cette ligne ;

nombre_de_lignes yy (sans espace) pour copier ce nombre de lignes à partir du curseur (yy pour copier une ligne et y pour copier un groupe de mots en mode visuel) ;

nombre_de_lignes dd (sans espace) pour couper ce nombre de lignes à partir du curseur (dd pour couper une ligne en mode commande et d pour couper un groupe de mots en mode visuel) ;

p pour coller après le curseur, P pour coller avant le curseur ;

u pour annuler la dernière modification. Vous pouvez appuyer plusieurs fois sur u pour annuler les dernières modifications ;

Ctrl+r ou :redo pour annuler la dernière annulation. Vous pouvez renouveler la combinaison de touches pour annuler les annulations antérieures ;

:%s/toto/tata/g pour remplacer toutes les occurrences de la chaîne de caractères toto par la chaîne de caractère tata.

 


 

Editer un fichier de configuration Unix

 

Sous Unix, et en particulier sous Linux, la configuration du système et des programmes se fait très souvent en éditant des fichiers textes qui contiennent des paramètres de configuration. Ces paramètres de configuration suivent une certaine syntaxe, différente pour chaque programme, et que l'utilisateur doit connaître. Généralement, il y a une instruction de configuration par ligne de texte. Le système ou le programme va alors lire son ou ses fichier(s) de configuration et s'adapter à la configuration demandée.

Presque tous les programmes et systèmes Unix sont conçus avec une règle qui dit qu'il ne tient pas compte des lignes du fichier de configuration qui commencent par un certain caractère (souvent #). L'utilisateur peut alors mettre des lignes de commentaires dans le fichier de configuration en commençant ces lignes par le caractère particulier.

 Il peut aussi facilement activer ou désactiver une ligne du fichier de configuration en enlevant ou en ajoutant le caractère particulier au début de la ligne. Le fait de désactiver ainsi une ligne de configuration se dit « commenter une ligne » et le fait d'activer ainsi une ligne de configuration se dit « décommenter une ligne ». Ces expressions seront régulièrement utilisées dans la suite de cette formation.

Quand vous éditez un fichier de configuration existant, il est généralement très facile de savoir quel est le caractère particulier : les lignes de commentaires sont nombreuses, contiennent souvent des phrases rédigées et apparaissent normalement en rouge sous Vim.